Communiqué

Les activités facultaires régulières reprennent en médecine vétérinaire

Montréal, le 10 janvier 2017 – La rentrée d’hiver 2017 se déroule normalement et les activités reprennent à la Faculté de médecine vétérinaire et au CHUV. Des étudiants étaient de retour pour les premiers cours dès le jeudi 5 janvier dernier, les stages cliniques des étudiants de 4e année se réalisent au CHUV cette semaine et les étudiants de 5e année reviendront à leur stage la semaine prochaine.  Parallèlement, les différents services de la Faculté et du CHUV retrouvent leur rythme d’activité.

Cette rentrée d’hiver survient après une période de perturbations dans le cadre de l’établissement de la première convention collective des cliniciens enseignants de la Faculté. Au cours des prochains jours, un arbitre impartial devrait être nommé pour déterminer les termes de cette convention collective.

Rappelons les événements récents. La direction de l’Université a décrété un lock out le 22 décembre à midi. Elle s’assurait ainsi d’une certaine stabilité des opérations pendant la période des fêtes, une période où le déclenchement d’une grève perlée, à la dernière minute, tel que ce fut le cas le 9 décembre 2016 pouvait mettre en péril les soins aux animaux.  Comme le veut la nature même d’un lock out, la direction tentait ultimement de convaincre les syndiqués de revenir sur leur rejet de l’offre présentée au syndicat devant le conciliateur, le 16 décembre, après une journée complète de négociations.

Bien que la période des fêtes marque une pause des activités académiques, la santé animale ne prend pas de vacances au CHUV. La direction a veillé à l’encadrement des activités hospitalières pendant toute la période. En l’absence de communication de la part du syndicat, dès le 29 décembre la direction de l’Université a invité le syndicat à déposer une demande conjointe d’arbitrage et à suspendre tous les moyens de pression, y compris le lock out. La proposition a été rejetée le 2 janvier par le syndicat.  Ce dernier convoquait plutôt unilatéralement l’Université à une rencontre de conciliation au retour des vacances, le 10 janvier. La direction de l’Université indiquait plutôt sa disponibilité pour poursuivre les discussions si le syndicat avait une proposition nouvelle, et ce, dès le 3 janvier. Toutefois, il apparait clairement à l’employeur que la conciliation a atteint sa limite et qu'un désaccord profond subsiste entre les parties quant au statut de professeur réclamé par le syndicat pour les cliniciens enseignants.  Le lock out a été levé à minuit le 3 janvier et toutes les démarches usuelles et légales ont été respectées par l’employeur, y compris la communication faite au syndicat, interlocuteur juridiquement reconnu pour les cliniciens enseignants.

Dans les circonstances, l’arbitrage est la voie à privilégier pour déterminer les termes de la première convention des cliniciens enseignants. Cette mesure est prévue dans le Code du travail dans les cas où la conciliation ne permet pas d’établir une première convention collective, ce qui est le cas maintenant.

La démarche d’arbitrage est maintenant bien enclenchée. Le ministre du Travail a reçu, le 2 janvier dernier, la demande de l’Université à cet égard et en a accusé réception dès le lendemain. Un arbitre devrait être nommé au cours des prochains jours pour que cette nouvelle étape prenne effet.

La direction de l'Université de Montréal

--

› Retour au site de la Faculté de médecine vétérinaire